GABI/ 가비

29 janvier 2013 at 18:15 ,

Synopsis :

Après l’assassinat de sa femme, l’impératrice Myeongseong, par l’armée japonaise et sous la menace d’un coup d’état, Kojong (Park Hee-soon), le 26ème roi de la dynastie Joseon se réfugie au consulat de Russie en 1896.

Là-bas, il tombe sous le charme d’une boisson amère venant de faire son entrée sur son territoire, le café.

En retournant sur le trône, le roi embauche la belle Tanya (Kim So-yeon) en tant que barista personnel, cependant, cette dernière est, avec  son amant Ilych (Joo Jin-mo), l’actrice d’un complot orchestré par l’armée japonaise, alliée à l’armée russe, pour assassiner le roi.

En ayant une certaine intimité avec ce dernier et en lui préparant une boisson qu’elle peut facilement empoisonner, Tanya doit décider s’il elle veut vraiment devenir un pion dans le champs de bataille coréen de la fin du 19ème siècle.


Le film :

« Gabi » utilise un des événements marquants de l’histoire de la Corée, la période qui précède la proclamation de l’Empire de Corée.

Pour bien situer le contexte, Kojong (8 septembre 1852 – 21 janvier 1919) fut le 26e roi de la dynastie Joseon et premier empereur de la Corée. Il régna de 1863 à 1907.

Le 8 octobre 1895, l’ambassadeur japonais en Corée Miura Gorō fait  assassiner l’épouse de Kojong, la reine Min.

Depuis longtemps, les Russes souhaitent remettre en cause leur hégémonie sur la péninsule.

Déjà, le consul de Russie à Séoul, Karl Ivanovitch Weber, avait développé une amitié personnelle avec Kojong, et avait même offert au souverain de se réfugier à la légation russe après l’assassinat de la reine Min.

Russie et Japon étant rivaux, les tensions entre les deux territoires sont telles qu’éclate en février 1904 la Guerre russo-japonaise, dont l’Empire coréen est un des principaux théâtres d’opérations. Cette guerre se termine par la victoire japonaise, consacrée par le traité de Portsmouth signé le 5 septembre 1905. Le Japon se voit confirmer sa mainmise sur l’empire de Kojong.

Ce dernier meurt le 21 janvier 1919 à Deoksugung. Les circonstances de sa mort ont donné naissance à beaucoup de spéculations : on dit notamment qu’il aurait été empoisonné par des fonctionnaires japonais.

C’est donc sur ce manque d’informations concernant la mort du roi que le film se construit. Il s’agit là de l’empoisonner, notamment avec du café, boisson nouvelle sur le territoire et qui gagne en popularité en cette fin 19ème.
Le café, représente l’ouverture tardive de Joseon sur le reste du monde ainsi que le commencement des échanges commerciaux ; en effet, ce breuvage venu d’Afrique a fait sa première apparition en Europe aux alentours des années 1600.

Tout comme nous l’indique l’histoire, on peut remarquer la présence perpétuelle des forces japonaises et russes sur le territoire coréen, l’armée russe étant de mèche avec l’armée japonaise. En effet, la Russie et le Japon envoyaient régulièrement des troupes à Joseon et une des répliques du film le dit bien, « si la Russie n’envoit plus de troupes, le Japon non plus ».

D’ailleurs, la présence des trois langues (coréen, japonais, russe) est significative tout au long du film.
On peut se poser la question de l’identité de la Corée, dans une période ambiguë de son histoire.
Le film est, quand a lui, un aller-retour constant entre le Japon et Joseon.

La place du roi est aussi remise en question.

Cependant, lors d’une des scènes marquantes du film, ce dernier pleure en mettant en garde les japonais de ne pas faire de mal à son peuple. Même s’il est décrit comme « incompétent » et « lâche », le roi aime ses sujets comme un père qui aime ses enfants.

D’autres sujets récurrents abordés dans le film sont la trahison, la confiance et la suspicion.
Comment et à qui accorde t-on sa confiance ? De qui doit-on se méfier ?

Ces deux questions constituent le fil conducteur du film et le réalisateur cherche à nous montrer que, quoi qu’il arrive, il faut faire confiance aux membres de sa famille, et à fortiori, aux membres de sa patrie.

Le jeu des acteurs rend le film très touchant et très réaliste ce qui plonge entièrement le spectateur dans l’un des points importants de la construction de ce qu’est la Corée d’aujourd’hui.

Ce film nous illustre un autre principe fondamental des mœurs coréens : si l’on peut tout faire pour de l’argent, un être humain ne peut pas délibérément trahir sa patrie.

 

Casting :

Kim So-yeon – Tanya

Joo Jin-mo – Ilych

Park Hee-soon – King Gojong

Yoo Sun – Sadako

Jo Deok-hyeon – Seok-joo

Jo Kyeong-hun – subalterne

Kim Hyun-ah – dame de la cour

Kim Ga-eun – Geum-hee

Kim Eung-soo – Miura

Jo Seung-yeon – Min Young-hwan

Jo Duk-je – espion

Kim Min-hyuk – Takeda

Hong Young-geun – Ryosuke

Eom Hyo-seop – père de Tanya

 

Source : KoreaNews

Écrit par Misschowcolat

a écrit 12 articles pour Koranews.fr.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.