LA MANUPUNCTURE COREENNE EN FRANCE – Part I

Médecine traditionnelle coréenne et Manupuncture (koryo sooji chim)

Comme la plupart des pays européens, la France est désormais très ouverte aux médecines non conventionnelles, en majorité orientales. Parmi ces dernières, la médecine chinoise occupe la place du premier rang. De nombreuses écoles, des fédérations françaises et européennes structurent le territoire. La formation et l’organisation de la profession tentent de donner à cette discipline une visibilité et une reconnaissance officielles. Certaines professions médicales et paramédicales, ainsi qu’un large public soucieux de se soigner avec une médecine sans conséquences néfastes et sans effets indésirables, se dirigent naturellement vers des médecines qui prennent en compte les multiples dimensions de l’être humain et non pas seulement le symptôme ou la maladie dont il est porteur. Ces médecines sont rangées sous le vocable de médecines douces, et transportent avec ce dernier une image écologique et sans danger, voire de faible efficacité. Le combat pour la reconnaissance officielle des médecines dites alternatives n’est pas nouveau et l’habilitation dernière de l’acupuncture redonne espoir à ceux qui militent pour l’existence légale et conventionnée des médecines holistiques*.

La médecine traditionnelle est aussi une façon d’aborder le patient dans son ensemble plutôt que de le réduire à la seule maladie dont il est porteur. Cela signifie entre autres, la prise en compte de son mode de vie, des conditions sociales dans lesquelles il vit et ses émotions. Ainsi, le médecin traditionnel s’intéresse à la globalité de l’être et construit son diagnostic sur la base de cette prise en compte du corps et de l’esprit. La forme du diagnostic est là pour aider à comprendre cette prise en compte globale, puisque l’état du patient est examiné avec la (difficile) prise des pouls en méthode chinoise, avec l’examen de la langue et de ses enduits, l’examen de la peau, les odeurs corporelles, etc.

Pour la médecine occidentale, un facteur interne ou externe est toujours à l’origine d’une maladie et la recherche de la cause et de ses conséquences au travers de la lecture de signes symptomatiques forment la base du diagnostic. L’attribution d’un nom à la maladie détermine le type de traitement. Dans la médecine traditionnelle (chinoise, coréenne, tibétaine…) le facteur extérieur est considéré comme un facteur déclenchant mais non comme une cause. La cause est plutôt attribuée à un déséquilibre énergétique qui rend fragile l’organisme au travers de l’affaiblissement d’un ou plusieurs organes. Dans la médecine traditionnelle, l’énergie (기) est un flux virtuel desservant le corps à partir d’un réseau de méridiens. Il est à la base de la vie et de la santé. Lorsque ce flux énergétique est altéré il ne dessert plus correctement les organes, les tissus, les muscles, les os, les liquides et la maladie s’installe, provisoirement ou durablement. Plus la circulation énergétique est altérée et plus la maladie est profonde ou chronique.

La Manupuncture[1] coréenne peut-être considérée comme une division de la médecine traditionnelle coréenne. Elle présente d’ailleurs certaines caractéristiques identiques avec l’acupuncture, du point de vue théorique (théorie du Qi, théorie du yin yang, théorie des 5 éléments..), mais se distingue radicalement de l’acupuncture dans sa technique. La Manupuncture coréenne s’inspire des principes de la médecine traditionnelle chinoise contenus dans le livre Huang Di Nei Jing et pour la Corée, dans un certain nombre de textes classiques dont l’Acupuncture des cinq éléments de Sa Am, moine bouddhiste du XVIe siècle. Parmi tous les moyens dont dispose la médecine chinoise pour traiter la maladie, la plus connue est sans doute l’acupuncture. Cette technique utilise la circulation de l’énergie par l’intermédiaire de méridiens qui parcourent le corps depuis la tête jusqu’aux pieds, en reliant les organes entre eux suivant une classification particulière (Théorie des 5 éléments). Ainsi les maladies sont traitées en stimulant certains points de méridiens relevant de l’organe concerné.

Petite histoire d’une grande découverte

Une nuit de 1971, le professeur Tae-Woo YOO, acupuncteur coréen fut réveillé par une violente douleur occipitale dont il voulut se débarrasser afin de retrouver le sommeil. Son regard se posa sur la face dorsale de son médius et il lui vint à l’esprit qu’il devait y avoir là un point qui soulagerait sa douleur. Exerçant des pressions sur le doigt à l’aide d’une pointe de stylobille, il découvrit en effet une zone particulièrement douloureuse. Il décida d’implanter une aiguille à l’endroit sensible et le mal de tête disparut en quelques minutes.

Il fut stupéfait par la rapidité et le degré de soulagement de la douleur. Il commença alors à visualiser le bout de son doigt comme une possibilité de représentation de la tête et se demanda s’il existait une relation entre le reste de la main et les autres parties du corps. Des expériences ultérieures confirmèrent cette intuition : la main représentait bien en réduction l’ensemble des organes et des membres du corps humain. Une médecine nouvelle venait de naître : la Koryo Sooji Chimou  Manupuncture Coréenne.

Correspondance main / organes

Correspondance main / organes

Le professeur YOO Tae-Woo, enseignant à l’Institut Coréen d’Acupuncture et de Moxibustion Silroam effectuait à cette époque des recherches sur les relations existant entre les organes et les différentes zones du visage. Il étudiait également la théorie des réflexes somatiques selon laquelle les désordres touchant certains organes se répercutent sur d’autres viscères, tissus, muscles ou zones de peau, interconnectés par le système nerveux. Il engagea alors de nouvelles recherches et mit au point une véritable carte des points de méridiens sur la main.

Les points de correspondance énergétique

Les points de correspondance énergétique

Tout comme l’acupuncture, la Manupuncture coréenne agit sur le même nombre de méridiens réduits à l’échelle de la main  (기맥). C’est la présence de ces méridiens qui permet de la distinguer de l’auriculothérapie (traitements par les points énergétiques de l’oreille) ou de la réflexologie plantaire (traitement des points énergétiques du pied). La présence de méridiens permet de réguler le flux énergétique en proposant des traitements spécifiques à la constitution de chacun.

Le corps sur la main

Après plusieurs années, le Pr YOO parvint à dresser une géographie des méridiens et des points de la main, élaborant ainsi une carte énergétique. Sur la face palmaire, comme sur la face dorsale, chaque organe et chaque membre sont représentés. La face palmaire de la main correspond à la partie antérieure du corps et le dos de la main, à la partie postérieure du corps. L’index et l’annulaire représentent les membres supérieurs, le pouce et l’auriculaire représentent les membres inférieurs. Les trois phalanges du majeur représentent respectivement la tête, le cou et le thorax. Tous les viscères et les os (notamment les vertèbres sur la face dorsale de la main) ont leur représentation.

Correspondance corps / main

Correspondance corps / main

La Manupuncture coréenne a établi une carte très détaillée de la correspondance du corps sur la main. Chaque région du corps peut être située avec précision. La main est parcourue de 14 méridiens et 345 points par lesquels circule l’énergie. Comme dans l’acupuncture traditionnelle, chaque paire de méridiens représente un couple d’organes et chaque point une région définie du corps. Ainsi par exemple, le point A33 sur le haut palmaire du médius sert à guérir les maux de tête, le point A28 un peu plus bas sur ce même médius représente le nez et sert à traiter des affections comme le rhume, la rhinite, etc. Le dos de la main, parcouru lui aussi de multiples points permet de traiter les douleurs du dos, des épaules, du rachis, du sacrum…

Correspondance visage / main

Correspondance visage / main

La Manupuncture dispose également d’une forme adaptée de diagnostic ( ) Eum Yang Mek Jin : une technique de palpation sur le corps de certains points énergétiques. Ces points, où se concentre l’énergie des organes internes, deviennent sensibles en cas de déséquilibre de ces derniers. Ainsi par palpation double (droite et gauche) de points du thorax et de l’abdomen, on peut déterminer quel organe est faible ou au contraire chargé d’énergie agressive et en déduire le traitement approprié. C’est d’ailleurs une des propriétés de la Manupuncture de savoir localiser la maladie sur la droite ou sur la gauche du corps. Car les déséquilibres ne sont pas toujours symétriques et la constitution énergétique d’une personne peut varier entre les méridiens de la partie droite et de la partie gauche du corps. Il faudrait ici entrer dans le détail pour commenter cette médecine constitutionnelle, (mais un simple test pourrait facilement démonter comment une maladie ou une douleur peut être soignée soit sur la main gauche soit sur la main droite). Les maladies sont répertoriées en 3 grandes constitution-type, à partir d’études empiriques. De fait, chacun individu présente un « profil énergétique ». Il est ainsi possible de connaître ses propres faiblesses constitutionnelles et de traiter d’éventuels déséquilibres, prévenant de la sorte le développement de maladies plus graves. Suivant le type de constitution, les maladies pourront être chroniques ou au contraires aigües.

Le bilan énergétique par palpation effectué, un double traitement est appliqué. D’une part, le méridien choisi pour le traitement, suivant le diagnostic de palpation (il peut s’agir du méridien directement concerné, du méridien associé ou du méridien indirectement responsable). Puis la correspondance sur la main va être recherchée à l’aide d’un stylet. Les points douloureux du corps vont correspondre aux points douloureux de la main.

Par exemple, la palpation du point énergétique de l’estomac peut révéler un excès d’énergie agressive. Dans ce cas, ce point sur l’abdomen sera douloureux. Après avoir déterminé si c’est le méridien de gauche ou de droite qui est concerné, nous pouvons choisir de traiter directement le méridien de l’estomac sur l’auriculaire de la main (ainsi que sur le pouce). Puis, sur la paume de la main, nous allons chercher le point qui correspond à l’estomac. Ce point sera également traité. Au bout d’une trentaine de minutes, si la douleur est aigüe, elle aura disparu. Si par contre elle est chronique, il faudra peut-être quelques séances supplémentaires.

Source : Koreanews

*Holistique

[1] La Manupuncture est la traduction de 고려 수지침, technique coréenne de puncture sur la main. Elle peut être aussi nommée en France manuthérapie.

LA MANUPUNCTURE COREENNE EN FRANCE – Part II

Écrit par Nam Sok

a écrit 8 articles pour Koranews.fr.

4 Comments

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.