The 1st Shop of Coffee Prince (Coffee Prince)/커피프린스 1호점

Synopsis

Coffee Prince avec Yoon Eun Hye (Goong…) et le très charismatique Gong Yoo, raconte l’histoire d’une jeune femme de 24 ans, Go Eun Chan, qui va profiter d’être constamment prise pour un homme, et ce depuis son plus jeune âge, pour aider financièrement sa mère et sa petite sœur. En effet, rien dans sa façon d’être, de s’habiller ou de marcher ne laisse présager sa véritable identité. C’est de cette façon qu’elle a pu, dès le plus jeune âge, enchaîner les petits boulots grâce auxquels elle va ensuite rencontrer le personnage de Choi Han Kyul (Gong Yoo) qui s’avère être un jeune homme d’une trentaine d’années, fils à papa, riche, prêt à tout pour éviter les mariages arrangés par sa grand-mère. Comme tout le monde, celui-ci va dès le début se tromper sur l’identité de Go Eun Chan et va décider de l’engager pour le faire passer pour son amant, faisant ainsi croire à son homosexualité et éviter par la même occasion les rendez-vous arrangés par sa famille. Pour couper court au mode de vie un peu trop laxiste de son petit-fils, la grand-mère de Choi Han Kyul décide de lui confier la restauration et la gérance d’un café. S’il réussit cette mission il pourra alors repartir aux États-Unis étudier ce qu’il a toujours aimé, le design de jeux pour enfant.


1st Shop Coffee Prince Trailer

Notre critique 

Drôle, romantique, charmant, et attirant font partie des adjectifs qui décrivent le drama coup de cœur de la Corée-du-Sud en 2007.

L’histoire continue donc ainsi et Han Kyul va jusqu’à embaucher Eun Chan pour travailler dans son café où il s’est promis de n’embaucher que des hommes.  La jeune femme décide quant à elle de garder le silence car le besoin d’argent devient urgent. Leur relation va alors  évoluer de l’amitié fraternelle à la relation amoureuse. Relation amoureuse qui va plonger le Don Juan Han Kyul dans de très grandes réflexions, lui qui commence à penser qu’il est peut-être homosexuel.

C’est  dans des scènes comme celles-ci que le jeu de l’acteur Gong Yoo vaut le détour car la question de l’homosexualité (sujet délicat en Corée-du-Sud) n’est pas traité qu’en surface, mais est vraiment examinée sous toutes ses coutures. Le regard sur les autres change, et les questions que l’on se pose vis-à-vis de la société changent aussi.

Le scénario est bien solide grâce au très bon jeu des deux acteurs principaux, surtout en ce qui concerne l’héroïne. Bien souvent les dramas coréens nous proposent des femmes travesties (difficilement) en hommes, mais ici Yoon Eun Hye sert à merveille son personnage et nous fait ainsi rentrer dans l’histoire.
Le corps si féminin que l’on avait pu voir précédemment dans Goong est ici quasi inexistant le tout porté par un jeu masculin convainquant et attachant. Elle a su faire part entière du caractère de son personnage et c’est comme cela qu’elle parle, marche et agit comme un homme (la rumeur dit même que l’actrice n’a pas été maquillée pour le drama pour un rendu plus réel).

De son côté Gong Yoo a su jouer de son charme ravageur lors de l’interprétation du personnage Choi Han Kyul. En effet, son personnage possède plusieurs facettes. S’il s’avère au début être un playboy aux fossettes dévastatrices, on découvre très vite qu’il peut être un patron tyrannique et perfectionniste, un homme complètement perdu face à sa sexualité et même un homme prêt à chanter une chanson d’amour au téléphone (il est Coréen ne l’oublions pas) ; il effectue tout cela avec brio et nous offre un panel d’émotions assez important.

Les deux acteurs ont su prendre les téléspectateurs avec eux dans leur complicité de couple, car plus l’on avance dans la série et plus on devient impatient de savoir la suite.

Bien que ce drama suive les codes du drama coréen (LA belle histoire d’amour, LE couple surprise…) on peut tout de même apprécier l’absence du “bad guy”. Et oui mesdames et messieurs, point de mauvais garçon ici, prêt à détourner une jeune fille pure du droit chemin ou même de débrancher un respirateur artificiel.

Il y a bien un second rôle masculin mais celui-ci est un peu l’incarnation de la gentillesse (ou de la mollesse selon les points de vue). L’autre acteur très charismatique Lee Sun Gyun joue ici le cousin de notre playboy préféré. Il se prénomme Choi Han Sung et fait le métier de producteur de musique. A la différence des autres personnages de la série, il se rend bien compte que Eun Chan est une fille et va même jusqu’à tomber amoureux d’elle (sachant qu’elle ne l’aime plus, parce que oui elle l’aimait un peu au début, et que au fond tout ce qu’il veut c’est récupérer son ex qui l’a quitté pour aller aux États-Unis. Ex qui était aussi la proie de son cousin le playboy Choi Han Kyul. Pas cool la famille. Vous avez suivi?) mais ne vous inquiétez pas, ça ne gêne en rien notre duo principal (ouf!). Car quoi qu’il arrive, Han Sung sera toujours amoureux de Han Yoo Joo (jouée par Chae Jung Ahn) qui, malgré une relation d’une dizaine d’années plus que houleuse, décide de revenir pour tout recommencer et ainsi prouver à son cher Han Sung que tout est encore possible.

Cependant nous pouvons affirmer que leur histoire est loin d’être “à l’eau de rose” et nous procure même un sentiment de réalité. Leur relation est certes compliquée mais elle reste simple et soudée par une complicité évidente.  

En plus des deux trames sur les deux différents couples, on peut aussi suivre les petites histoires connexes qui arrivent entre les employés du café marquées par une grande camaraderie : Monsieur Hong (Kim Chang Wan), ancien propriétaire du café et par conséquent le plus vieil employé vous fera rire avec sa personnalité détonnante, Jin Ha Rim (Kim Dong Wook) joue le petit dragueur invétéré et décorateur à ses heures perdues, No Sun Ki  (Kim Jae Wook), japonais pro de la gaufre, venu en Corée pour retrouver son premier amour, et enfin Hwang Min Yeop qui malgré sa carrure assez imposante reste le plus jeune et le plus innocent de la bande (il est joué par l’acteur Lee Eon décédé peu de temps après le tournage de la série en 2008). L’addition de leurs différentes personnalités contribue réellement à la création de cette bonne ambiance constante dans la série.

Ce drama est aussi synonyme de surprise. On ne sait pas tout sur tout le monde dès le début et, au contraire, c’est quand l’on pense avoir cerné un personnage que l’on en découvre encore plus sur lui. C’est ce qui se passe avec le personnage de Choi Han Kyul quand on découvre sa passion pour les legos, ce qui montre assez bien son innocence assez enfantine à certains moments de la série.

On pourra aussi apprécier l’architecture et l’art présents dans le drama. La décoration moderne et épurée, que ce soit pour le café ou la maison de Han Kyul ou de son cousin, amène un sensation de neuf et nous procure un sentiment de bien-être. Les rapports qui existent entre les protagonistes sont au dessus des relations que l’on pourrait rencontrer dans d’autres dramas. Ici, elles sont matures et les scénaristes n’ont pas eu peur de mettre la passion en avant dans de nombreuses scènes (les acteurs s’embrassent vraiment. Oui, c’est possible dans les séries coréennes).

Pour ce qui est de la bande originale de la série vous la trouverez rafraîchissante et très relaxante. Elle est différente des ballades que l’on trouve en général et de la k-pop aussi très présente dans les dramas. C’est plus un style pop qui nous est proposé avec de nombreux morceaux acoustiques.

La fin est assez ouverte mais même si on si attend, on reste assez déçus. Certains attendaient peut-être un dix-septième épisode mais non, la série en fait bien seize. Alors oui vous pouvez laissez votre imagination remplir son rôle et penser aux plus fous des scénarios, mais il n’empêche qu’une fin comme celle-là est une fin qui se rapproche le plus de la « vraie vie » et que la roue peut tourner à tout moment.

Coffee Prince reste un drama à voir que ce soit pour ses acteurs que pour son scenario. C’est un drama qui ne vieillit pas et encore aujourd’hui il se laisse regarder tout seul.

Casting

Écrit par Clémence

Clémence Scarbonchi a écrit 16 articles pour Koranews.fr.

1 Comment

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.