일지매/ Iljimae

Synopsis

C’est au XIVème siècle sous la dynastie Joseon que le jeune Yong passe pour un petit voyou de marché au grand jour alors que lorsque la nuit vient il devient une sorte de héros pour la population. En effet, il n’hésite pas à voler les représentants officiels qu’il juge responsables de la corruption du gouvernement pour ensuite distribuer les biens aux plus pauvres. Il n’hésite pas non plus à libérer des personnes emprisonnées injustement. Après chaque vol, il laisse derrière lui sa signature, une peinture représentant une branche de prunier en fleur, c’est pourquoi il vient à être surnommé Iljimae (« il » pour « un », « ji » pour branche » et « mae » pour prunier). La population soutient bien évidemment Iljimae pendant que le roi et ses différentes forces tentent de l’arrêter et de découvrir son identité.

Iljimae

Iljimae

Cependant son but principal n’est pas de voler les plus riches mais plutôt de trouver le propriétaire d’une épée qu’il a vu étant enfant, lorsque son père, sujet respectable de la cours du roi, fut tué sous ses yeux.

Eun Chae est la fille d’un membre officiel du gouvernement qui désespère que sa fille ait autant d’empathie envers les plus pauvres. Elle rencontre Iljimae par hasard et ne peux s’empêcher de l’admirer pour ce qu’il fait et ce qu’il pense même si elle n’a jamais vu son visage.

Gyom est le fils de Lee Won Ho, un noble de la cours du roi à qui il est lié par une relation fraternelle. Lee Won Ho est aussi membre de l’organisation secrète Cheonwoohoe, composée des hommes les plus importants de la cours et dirigée par le roi lui-même. Il vit tranquillement dans une maison entourée de pruniers avec sa femme, sa fille et son fils. Cependant un jour, le roi vient à consulter un vieil homme aveugle ayant le don de prédire l’avenir. Celui-ci lui annonce que la maison de Lee Won Ho abrite une personne aussi brillante que le soleil et qui sera adorée par tout le monde. Le roi décide alors de faire tuer Lee Won Ho qu’il juge comme étant le « deuxième soleil ». Gyom, que son père a caché dans un placard, est alors témoin du meurtre de son père. Le jeune garçon devient brutalement amnésique après le choc provoqué par la mort de son père, et après avoir été obligé de lancer une pierre sur la tête de sa mère pour prouver qu’il n’était pas son fils et ainsi avoir la vie sauve. Il est ensuite sauvé et adopté par un ancien voleur Soe Dol. Treize ans plus tard, Gyom, maintenant appelé Yong, commence à retrouver la mémoire et décide de partir à la recherche de sa sœur ainée Yeon. Il la retrouvera mais réalisera son identité bien tard lorsque celle-ci sera condamnée à mort et pendue.

La perte brutale de sa sœur ainée amène Yong (Gyom) à décupler sa soif de vengeance. Se souvenant de l’emblème gravé sur l’épée ayant tuée son père treize années plus tôt, il jure qu’il trouvera celui qui tua son père et entraîné la mort de sa sœur.

Pour trouver l’épée et son propriétaire, il décide de se déguiser et d’entrer par effraction sur les propriétés et dans les maisons des nobles de la cours du roi. C’est ainsi qu’il devient Iljimae, non pas celui qui se bat seulement pour lui-même, mais aussi celui qui se bat pour le peuple. Dans sa quête de justice il devient de plus en plus aimé des villageois jusqu’à ce que certaines personnes affirment « c’est notre soleil ! ».

Notre Avis

Cette série partage une étrange ressemblance avec une série précédente, Hong Gil Dong. En effet, le concept et l’histoire en elle-même sont tirés de  vieux livres relatant les aventures légendaires de bandits qui volaient aux riches pour donner aux pauvres. De plus, nous pouvons noter que le jeune roi que Hong Gil Dong aide à reprendre le trône est ensuite le roi mauvais et manipulateur que Iljimae décide de combattre dans ce drama. Les deux dramas présentent aussi des similitudes dans les types de personnages qu’ils possèdent.

Cependant nous pouvons affirmer qu’Iljimae réussit à se décoller de l’image de Hon Gil Dong pour nous offrir un spectacle réussi. Le scénario est bien ficelé, quoique prédictible, avec des rebondissements et des histoires liées entre elles qui nous permettent de mieux découvrir chaque personnage. Notons aussi la qualité des scènes d’action, pour lesquelles l’acteur Lee Joon Ki n’a pas été doublé, valant largement le détour pour les combats d’épées et les démonstrations de différents arts martiaux.

Si la série peine à démarrer réellement lors des trois premiers épisodes, le jeu en vaut largement la chandelle, malgré une fin qui en frustrera plus d’un (la rumeur veut que le dernier épisode ait été tourné le jour même de sa diffusion, d’où l’effet « emballé c’est pesé »). Le scénario tient la route et, pour une fois, la romance, grand élément des dramas coréens, n’est pas autant mise en avant, ce qui ne donne pas de couple du style « Plus nous nous haïssons au début plus nous avons de chance de finir ensemble à la fin ».

Peut-être le côté Robin des Bois historique en séduira plus d’un, mais il serait bête de passer à côté de ce drama qui reste une des principales références dans le monde drama historique. En effet, celui-ci a tout pour plaire : de l’action, un peu de romance mais pas trop, du suspense, de la vengeance mais aussi et surtout de l’humour. Le tout est porté par un casting appréciable emmené par le très charismatique Lee Joon Ki qui a eu le prix d’interprétation masculine pour ce rôle en 2008 et que l’on a pu apercevoir dans le drama Time Between Dog and Wolf et surtout dans le film Le Roi est le Clown de Lee Jun Ik.

Le drama est aussi très réaliste d’un point de vue social. Les conditions de vie de l’époque sont très bien représentées ainsi que les différentes personnes que l’on pouvait trouver dans un village coréen du XIVème siècle, allant du plus riche au plus pauvre.

Le peu de romance que nous pouvons trouver dans la série n’est pas mis au centre de l’intrigue mais est bien présente. Cependant, les sentiments ne sont jamais avoués et les coups bas ne sont pas acceptés. De ce fait, la romance n’énerve pas, ne passionne pas, mais nous sert quand même de toile de fond.

De son côté l’acteur Lee Joon Ki est bien servi par le rôle. Si l’on avait pu l’admirer torturé entre amour et vengeance dans Time between Dog and Wolf, ou en acteur étrangement féminin dans Le roi et le Clown, il interprète ici à merveille un jeune homme drôle, ne se prenant pas toujours au sérieux mais étonnement courageux.

Le personnage de Bon Soon est un personnage attachant, courageux n’ayant pas froid aux yeux pour une fille de l’époque. Elle forme un beau duo comique avec l’acteur Ahn Kil Kang qui joue son père dans la série. Ces deux « phénomènes » sont bien les représentant de ces personnages que nous pouvons juger comme étant forts, émouvants et drôles à la fois.

Eun Chae, quant à elle, nous apparaît tout à fait sympathique dès le début mais son personnage n’est pas assez développé. Trop innocente, toujours à vouloir bien faire sans vraiment se rendre compte des conséquences, elle peut finir par irriter un peu et devient malheureusement un personnage assez lisse.

En bref ce drama est une perle. Passer à côté serait vraiment dommage. Les images sont superbes, l’ensemble des acteurs talentueux et convaincants, l’intrigue bien montée et le tout est porté par de très belles ballades. Je ne peux donc que vous le recommander !

Fiche technique

  • Titre : 일지매/ Iljimae
  • Genre : Historique, Romance
  • Épisodes : 20
  • Station télévisée : SBS
  • Écrit par Choi Ran (최란) et réalisé par Lee Yong Seok
  • Producteur exécutif,  Ko Woo Yung (고우영); producteur, Lee Yong Suk (이용석)

Casting

 

Source : KoreaNews

Écrit par Clémence

Clémence Scarbonchi a écrit 16 articles pour Koranews.fr.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.