L’économie sud-coréenne connait un ralentissement au premier trimestre

L'économie sud-coréenne connait un ralentissement au premier trimestre

L'économie sud-coréenne connait un ralentissement au premier trimestre

SEOUL, 15 janvier : Le taux de croissance de l’économie sud-coréenne pourrait stagner ou entrer en zone négative au premier trimestre de cette année compte tenu des incertitudes croissantes pesant sur l’économie mondiale et de leur impact significatif potentiel sur l’économie du pays dépendante des exportations, ont averti ce dimanche les analystes.

Cette annonce a été faite un jour après que l’agence Standard’s & Poor’s ait dégradé les notations de neuf pays de la zone euro dans un contexte de crise de la dette dans cette région, la France ayant notamment vu sa note passer de AAA à AA+.

Selon les analystes, la crise de la dette dans la zone euro aura immanquablement un impact direct sur les économies de la région et conduira par la suite à une diminution des exportations sud-coréennes vers cette destination. Les exportations vers l’Union européenne (UE) ont représenté 10% de l’ensemble des exportations sud-coréennes l’année dernière.

De plus, l’instabilité financière en Europe devrait alourdir le fardeau des Etats-Unis et de la Chine, les deux premières économies mondiales, et mettre un frein à l’économie sud-coréenne orientée sur les exportations, ont-ils ajouté.

«Nous ne pouvons pas exclure la possibilité que le taux de croissance sud-coréenne stagne ou se contracte par rapport au trimestre précédent», a indiqué Bae Sang-keun, un chercheur de haut niveau de la Fédération des industries coréennes (FKI).

Dans une récente prévision sur l’économie sud-coréenne, la banque d’investissement internationale Nomura avait indiqué que la croissance de la quatrième économie d’Asie devrait se contracter de 0,1% ce trimestre par rapport au dernier trimestre de l’année 2011.

Nomura a également réduit ses prévisions de croissance de l’économie sud-coréenne à 3% pour cette année contre 5% pour l’année dernière, affirmant que la Corée du Sud serait frappée le plus fort par les retombées de la crise fiscale de l’Europe et la faible demande de la Chine.

Credit Suisse, JP Morgan et certaines autres banques d’investissements mondiales ont prévu que la zone euro afficherait un taux de croissance négatif au cours du premier trimestre de cette année, suite à une contraction durant le premier trimestre de l’année dernière. Cette prévision a provoqué des inquiétudes quant à un impact négatif sévère sur les exportations sud-coréennes vers l’Union européenne.

Dans un récent rapport, l’Institut de recherche économique de Daishin a prédit que si le taux de croissance de l’Union européenne perdait 1%, les exportations sud-coréennes chuteraient de 4%.
Les exportations sud-coréennes vers l’UE ont augmenté de 5,5% en glissement annuel pour atteindre 54,3 milliards de dollars en 2011. La croissance annuelle a été beaucoup plus faible par rapport au bond de 14,8% de l’année précédente.

Les observateurs craignent que la baisse des exportations sud-coréennes aggrave ses problèmes intérieurs, tels que l’augmentation de la dettes des ménages.

«La diminution des exportations pourrait ralentir la croissance économique, en réduisant le revenu des ménages et en affaiblissant la capacité des ménages à rembourser leurs dettes», a indiqué un analyste sous couvert de l’anonymat.

Source : Agence Yonhap

Écrit par Franck

Franck Decrescenzo a écrit 43 articles pour Koranews.fr.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.